Géorgie. Halte à la répression à Rustavi Avot

| 0 Commentaires

Un producteur d’engrais en Géorgie tente d’obliger ses ouvriers à quitter leur syndicat. Dans les deux premiers mois de l’année, il a licencié illégalement 350 personnes.

La nouvelle direction de « Rustavi Azot » refuse de dialoguer avec le syndicat, le ministère du Travail n’a pas réussi à convaincre l’employeur de rejoindre la table de négociation. Pendant ce temps, la direction oblige les travailleurs à accepter des contrats précaires et interdit aux dirigeants syndicaux de visiter l’entreprise. Chaque jour, la pression est mise sur des travailleurs, pour conserver leur emploi, il faut quitter le syndicat.

IndustriALL, la fédération syndicale internationale son affilié, le Syndicat des travailleurs de la métallurgie, des mines et de l’industrie chimique de Géorgie (TUMMCIWG), ont lancé une campagne mondiale en ligne sur LabourStart pour exiger que l’employeur arrête immédiatement la persécution et la casse du syndicat, accorde l’accès du président du syndicat à l’entreprise avec les membres du syndicat, et entame des négociations avec le syndicat pour mettre un terme à ce conflit.

Merci de prendre un instant pour y participer en cliquant ce lien.

Laisser un commentaire

Champs Requis *.