29 août 2018
de Andy
0 Commentaires

En Iran, les inimaginables conséquences de la participation à une manifestation pacifique…

Le 4 août 2018, le syndicaliste iranien Mohammed Habibi a été condamné à dix ans et demi de prison.

La peine prononcée par le tribunal révolutionnaire islamique iranien comprend également l’interdiction d’exercer toute activité sociale et politique pendant deux ans, une interdiction de voyager de deux ans et 74 coups de fouet.

Vous avez bien lu(e) : 74 coups de fouet !

Quel fût son crime?

Être membre de l’Association professionnelle des enseignants de Téhéran ! Mohammed Habibi est l’un des nombreux syndicalistes indépendants harcelés par les autorités iraniennes pour avoir poursuivi leurs activités légitimes.

Il a été arrêté en mai lors d’une manifestation pacifique et est depuis, détenu dans des conditions extrêmement difficiles.

Les membres de sa famille qui lui ont rendu visite en prison ont déclaré qu’il avait été sévèrement maltraité. Les autorités publiques continuent de lui refuser le soutien médical urgent dont il a besoin.

L’Internationale de l’Éducation, qui représente plus de trente millions d’enseignants et d’employés de services annexes, a lancé une campagne sur LabourStart pour exiger que l’Iran libère Mohammed Habibi.

Merci de prendre un moment pour montrer votre soutien en cliquant ce lien.

10 juillet 2018
de Andy
0 Commentaires

Ce prof d’université, peut-il compter sur nous ?

Maxim Balashov, professeur de mathématiques, travaille à l’Institut de physique et de technologie de Moscou (MIPT) depuis dix-neuf ans. Il est également président du syndicat de son université, connu sous le nom d’UNISOL.

Les patrons du MIPT n’aiment pas UNISOL, qui a revendiqué et obtenu une augmentation des salaires et une réduction de la charge de travail. Le syndicat s’est également battu pour que l’université se conforme au code du travail russe.

Ils ont décidé de se débarrasser du professeur Balashov en refusant de renouveler son contrat, et ont ouvertement cité son activité syndicale comme la raison de cela.

UNISOL, en collaboration avec la Confédération du travail de Russie (KTR), a lancé une campagne en ligne sur LabourStart demandant à l’université de réintégrer le professeur Balashov et d’arrêter de persécuter les militants syndicaux.

Merci de cliquer ce lien et de prendre les quelques secondes nécessaires pour envoyer un message de protestation au MIPT. Cela peut peser.

Merci beaucoup !

3 juillet 2018
de Andy
0 Commentaires

Norvège. Représailles, après une grève de 35 jours…

La Norvège est historiquement un des pays au monde où les entreprises sont les plus respectueuses des syndicats. Mais nous avons un contre-exemple… Toutes les entreprises ne traitent pas leurs employés équitablement. Cette entreprise s’appelle Norse Production, elle travaille dans le secteur de la transformation du poisson. Il y a moins d’un an, à l’automne dernier, elle a signé une convention collective avec ses employés à la suite d’une grève de 35 jours.

Puis, la société s’est déclarée en faillite et une nouvelle entreprise créée à la même location avec quasiment la même direction – mais elle a refusé de réembaucher les travailleurs syndiqués. La convention collective a disparu en même temps que leurs emplois.

C’est un exemple rare d’anti-syndicalisme dans le contexte scandinave, et nos voix sont nécessaires pour soutenir cette campagne lancée par le syndicat en Norvègien (NNN) et l’Union internationale des travailleurs de l’alimentation (UITA).
Merci de soutenir ces employés norvégiens ! Cliquez ce lien et envoyez un message de protestation.

Votre solidarité apporte une réelle différence, j’espère pouvoir compter sur vous à nouveau.

23 juin 2018
de Andy
0 Commentaires

Elles réclament un salaire décent, pour leur employeur, c’est trop !

Depuis le 9 avril 2018, 65 travailleuses au Centre de santé Port Arthur à Thunder Bay, en Ontario, sont en grève pour obtenir une hausse salariale et une sécurité d’emploi. Lisez davantage et envoyer un message de solidarité en cliquant ici ou poursuivez votre lecture.

Plus de 60 p. cent des travailleuses sont des employées occasionnelles, dont certaines travaillent pour cet employeur des heures à temps plein depuis plus de 15 ans. La plupart d’entre elles reçoivent non seulement de faibles salaires, à peine au-dessus du salaire minimum, mais elles ne bénéficient en plus d’aucun avantage pour soins de santé et d’aucun horaire préétabli d’une semaine à l’autre.

Le 27 avril, une majorité écrasante des travailleuses a rejeté une offre finale en-deçà des normes de la part de l’employeur. Depuis, Unifor tente de l’obliger à retourner à la table de négociations mais sans succès. Alors, nous sommes sollicité(e)s pour l’aider à lui mettre la pression en submergeant l’employeur de courriels réclamant un accord équitable et une conclusion acceptable à cette grève.

En quelques secondes, vous pouvez envoyer un courriel de solidarité en cliquant ici. Une copie sera expédiée à Unifor pour que les travailleuses sachent qu’elles ne sont pas seules.

21 juin 2018
de Andy
0 Commentaires

Les géants du pétrole laissent leurs sous-traitants faire le sale boulot…

L’année dernière, les ouvriers d’entretien des installations onshore et offshore d’Exxon Mobil ont été choqués lorsqu’ils ont appris que leur employeur, l’entreprise de maintenance UGL, licenciait tout le personnel.

On leur a dit qu’ils pouvaient garder leurs emplois s’ils adhéraient à un nouvel accord qui réduirait les salaires de 15 à 30%. D’autres clauses les obligeraient à suivre une nouvelle planification des trajets-travail en avion qui les arracheraient à leurs familles.

Ces travailleurs sont maintenant en grève depuis 350 jours, s’opposant à l’exploitation de failles juridiques par Esso et UGL qui minent les droits fondamentaux des travailleurs.

Ils demandent notre solidarité et nous demandent d’envoyer des milliers de messages pour dénoncer cette situation.

S’il vous plaît, prenez un instant pour leur montrer la votre, en cliquant ce lien.